background img

Pourquoi le docteur demande un analyse CRP ?

test sanguin est un test relativement courant effectué dans un laboratoire d’analyse par un biologiste, un technicien d’échantillonnage ou une infirmière. L’alimentation peut nuire à certains résultats. Consultez votre médecin et le laboratoire pour savoir si vous devez être à jeun. Le tabac et les médicaments peuvent également influencer les tests. Il est donc essentiel de donner le plus d’informations possible à votre médecin et au biologiste. Un

Lors d’un test sanguin, plusieurs tests peuvent être effectués. Pour chaque analyse, les valeurs de référence sont affichées sur la feuille de résultats. Si l’un de vos résultats ne respecte pas les « normes », consultez votre médecin ou demandez une interprétation au biologiste médical avant de tirer des conclusions trop hâtives. En effet, un résultat en dehors des intervalles de référence n’est pas nécessairement alarmant, car il s’agit de valeurs statistiques.

A lire en complément : Quels sont les marqueurs de l'inflammation ?

Numération sanguine (NFS) ou sang

compter Il s’agit du dénombrement et de l’analyse des différents constituants du sang, à savoir les globules rouges, les leucocytes (globules blancs) et les plaquettes. Les paramètres y sont associés :

  • hémoglobine Taux d’  : constituant majeur des globules rouges, dont le rôle est le transport de l’oxygène.
  • Hématocrite  : volume occupé par les globules rouges par rapport au volume total de sang.
  • Volume globulaire moyen (MCV)  : volume moyen de globules rouges. Plus la VGM est élevée, plus les globules rouges sont gros.
  • Teneur moyenne en hémoglobine corpusculaire (CMH)  : quantité moyenne d’hémoglobine contenue dans un érythrocyte.
  • Concentration corpusculaire hémoglobine moyenne (CCMH)  : la concentration moyenne d’hémoglobine contenue dans un érythrocyte.
  • Indice de distribution des globules sanguins  : modification de la taille des globules rouges.
  • Formule leucocytaire  : tous les pourcentages de chaque type de globules blancs (polynucléaires neutrophiles, éosinophiles polynucléaires, basophiles polynucléaires, lymphocytes, monocytes)

A jeun ou pas ?

Non, ce n’est pas nécessaire.

A lire en complément : Comment la maladie d'Alzheimer Évolue-t-elle ?

Analyser

  • Un taux plus faible de globules rouges associé à un taux d’hémoglobine réduit révèle une anémie (entraînant un manque d’oxygénation des organes vitaux).
  • Une augmentation du nombre de leucocytes est généralement révélatrice d’une infection.
  • Une diminution du nombre de plaquettes peut avoir des conséquences hémorragiques (si le taux est < 100 000 /ml).

À noter

Le tabac augmente le taux de globules blancs dans le sang.

Bilan du fer

Deux éléments sont analysés :

  • Le fer  : un constituant de l’hémoglobine.
  • Ferritine  : protéine qui permet le stockage du fer dans les cellules.

A jeun ou pas ?

Non, ce n’est pas nécessaire.

Analyser

  • En cas d’excès de ferritine, on parle d’hyperferritinémie. De nombreuses causes sont possibles, notamment l’hémochromatose (stockage excessif du fer).
  • Un taux de fer ou de ferritine trop bas entraîne généralement une anémie.

Bilin du rein

Pour évaluer la fonction rénale, deux mesures sont utiles :

  • L’acide urique  : un produit de la dégradation cellulaire.
  • Et surtout la créatinine  : également un déchet métabolique qui est le meilleur reflet de la fonction rénale.

A jeun ou pas ?

Non, ce n’est pas nécessaire.

Analyser

  • Un taux normal de créatinine reflète un bon fonctionnement des reins.
  • Si les taux d’acide urique dans le sang sont trop faibles, on parle d’hypouricémie. À l’inverse, en cas d’excès, on parle d’hyperuricémie.
  • Des taux anormaux d’acide urique et de créatinine indiquent un dysfonctionnement rénal.

Bilan lipidique

Il s’agit de l’analyse des constituants lipidiques.

  • Cholestérol  : Trois niveaux sont mesurés lors d’un test sanguin, le cholestérol HDL (« bon cholestérol »), le cholestérol LDL (« mauvais cholestérol ») et le cholestérol total.
  • Triglycérides.

A jeun ou pas ?

Il est essentiel d’avoir été à jeun pendant 12 heures pour le dosage du cholestérol et des triglycérides.

Analyser

  • En cas d’excès de cholestérol, on parle d’hypercholestérolémie. Le cholestérol s’accumule dans les parois du sang, voire les obstrue.
  • En cas de taux élevés de triglycérides, on parle d’hypertriglycéridémie.
  • Les taux de triglycérides et de cholestérol peuvent être utilisés pour évaluer le risque cardiovasculaire.

Inflammatoire

  • Vitesse de sédimentation (ESR)  : le sang est constitué de sérum (partie liquide) dans lequel baignent les éléments figuratifs du sang (globules rouges, leucocytes, plaquettes). Au repos, ces éléments vont se sédimenter. L’ESR est défini après une heure et deux heures. Une augmentation de la vitesse de sédimentation reflète un phénomène inflammatoire, infectieux ou non.
  • Dosage CRP (protéine C-réactive)  : protéine impliquée dans l’inflammation.

A jeun ou pas ?

  • Pour ESR, il faut être à jeun.
  • Pour le dosage de la CRP, il n’est pas nécessaire d’être à jeun.

Analyser

Les tests ESR et CRP indiquent qu’il est possible inflammation. Aujourd’hui, le dosage de CRP est préféré, car il offre un résultat plus fin.

Équilibre glycémique

A jeun ou pas ?

glycémie La (glycémie) varie d’un moment à l’autre de la journée. Il est mesuré à jeun le matin pour vérifier sa régulation par les hormones hypo- et hyperglycémiques ou 1h30 à 2h après un repas pour vérifier que la régulation du glucose se fait bien après une prise de sucre (repas).

Analyser

  • Lorsque le taux de glucose est trop élevé, on parle d’hyperglycémie. Inversement, lorsqu’il est trop bas, on parle d’hypoglycémie.
  • L’analyse de la glycémie à jeun est essentielle au diagnostic du diabète (caractérisé par une hyperglycémie), mais aussi au suivi de cette maladie.

À noter

Chez les diabétiques, le pourcentage d’hémoglobine glyquée (hémoglobine sur laquelle le sucre est fixé) est également mesuré (pas besoin d’être à jeun) : il reflète la glycémie au cours des 2 derniers mois.

Équilibre hépatique

Il s’agit d’évaluer la fonction hépatique.

  • Transaminases (AST, ALT), gamma GT et phosphatase alcaline (ALP)  : enzymes hépatiques.
  • Albumine  : protéine qui reflète les capacités de synthèse du foie.

A jeun ou pas ?

Non, ce n’est pas nécessaire.

Analyser

Diverses pathologies hépatiques peuvent être mises en évidence grâce à ces mesures.

Si vous avez des doutes sur vos résultats, n’hésitez pas à demander conseil à votre biologiste médical (toujours disponible lorsque les résultats sont soumis) et à consulter votre médecin. En fonction de votre évaluation, votre médecin peut vous orienter vers d’autres examens pour affiner le diagnostic.

Pourquoi plusieurs tubes sont-ils nécessaires ?

Vous avez sûrement remarqué que le sang prélevé est distribué dans plusieurs tubes. Pourquoi ? En effet, pour certains tests, le sang prélevé est mis en contact dans le tube avec une substance qui empêchera la coagulation, cette substance peut être différente selon l’analyse demandée. Les différents tubes contiennent donc différentes substances et sont différenciés par un code couleur.

Bon à savoir

Les résultats des tests sanguins varient selon l’âge et le sexe, mais aussi selon les laboratoires, car ils peuvent utiliser différentes techniques. Il Il est donc conseillé de réaliser vos analyses dans le même laboratoire afin de pouvoir comparer les résultats.

  • Pour les enfants qui craignent les morsures, il est possible de leur appliquer un patch anesthésique 1 heure avant le test sanguin pour éviter qu’il ne soit douloureux.
  • Lorsqu’on vous demande d’être à jeun, vous pouvez bien sûr boire de l’eau (plate). Le thé et le café, s’ils sont pris sans sucre ni lait, sont également possibles.

Charlène Catalifaud

Merci à Isabelle Tawa, biologiste au laboratoire médical du CMETE à Paris pour sa relecture attentivement.

Catégories de l'article :
Santé
Show Buttons
Hide Buttons