background img

Quels sont les marqueurs de l’inflammation ?

Dans cet article, vous trouverez tout ce que vous devez savoir sur l’inflammation.

Je détaille donc les informations importantes sur la définition, les causes, les 5 signes et les symptômes.

Lire également : Comment dégonfler à la ménopause ?

Cela vous permet de vérifier si vous souffrez d’inflammation et que faire pour la traiter.

Voici le résumé de cet article :

A découvrir également : Quelle sont les métier qui paye bien sans diplôme ?

  • Qu’est-ce que l’inflammation ?
  • Symptômes : Quels sont les signes d’inflammation ?
  • Causes : Quelles sont les causes de l’inflammation ?
  • Qu’est-ce qu’une maladie inflammatoire chronique ?
  • Comment réduire l’inflammation dans le corps ?

Qu’est-ce que l’inflammation ?

Il s’agit d’une réponse biologique du système immunitaire qui peut être déclenchée par divers facteurs, y compris les agents pathogènes, les cellules endommagées et les composés toxiques.

Ces facteurs peuvent induire des réponses inflammatoires aiguës et/ou chroniques dans le cœur, le pancréas, le foie, les reins, les poumons, le cerveau, les intestins, les tendons, la gorge, les sinus…

Il fait partie du mécanisme de défense de l’organisme. Il correspond au processus par lequel le système immunitaire reconnaît et supprime les stimuli nocifs, afin de déclencher le processus de guérison.

C’est donc un mécanisme de défense essentiel pour notre corps.

En général, on distingue deux types : l’inflammation aiguë et l’inflammation chronique.

Inflammation aiguë

Les lésions tissulaires dues à un traumatisme, à une invasion microbienne ou à la présence de molécules nocives provoquent une inflammation aiguë.

Les symptômes de l’inflammation aiguë apparaissent rapidement. Cette phase aiguë dure généralement de 1 à 3 jours. Souvent, il évolue vers une phase subaiguë, qui peut durer de 3 jours à 1 mois. C’est elle qui permet d’évoluer progressivement vers la phase de réparation et de reconstruction des tissus endommagés.

Si les tissus ne sont pas réparés après 4 à 6 semaines, ou si d’autres causes non traitées provoquent une réponse inflammatoire, elles deviennent chroniques. Il apparaît lorsque le processus de résolution de l’inflammation est perturbé.

Inflammation chronique

L’inflammation chronique s’étend sur le plus long terme, allant de plusieurs mois à plusieurs années.

Contrairement à la phase aiguë, qui est bénéfique pour le bon fonctionnement de l’organisme, elle n’est pas efficace et finit par affaiblir les tissus et l’efficacité du système immunitaire.

En général, l’ampleur et les effets de l’inflammation chronique varient selon la cause de la blessure et la capacité du corps à réparer et à surmonter les dommages.

L’inflammation chronique est à l’origine de nombreuses maladies chroniques, notamment les maladies cardiovasculaires et intestinales, le diabète, l’arthrite, le cancer, les tendinites, les allergies…

Quels sont les signes d’inflammation ?

Au niveau tissulaire, l’inflammation se manifeste par une réaction inflammatoire.

Il correspond à l’activation coordonnée des cellules immunitaires dans le sang et la lymphe, afin de les diriger vers les tissus endommagés.

Bien que les réactions inflammatoires dépendent de la nature précise du stimulus initial et de sa localisation dans le corps, la réaction inflammatoire se manifeste globalement de la même manière.

Symptômes d’inflammation

Les 5 les signes d’inflammation tissulaire sont les suivants :

    • Douleur dans la zone touchée.
    • Rougeur tissulaire.
    • Chaleur locale.
    • Gonflement (présence d’œdème).
    • Perte de fonction de la zone touchée.

Ils reflètent les moyens utilisés par les cellules de défense de l’organisme (système immunitaire) pour concentrer son action autour de la zone blessée ou infectée, afin de pénétrer dans les tissus.

Ces signes sont associés plus spécifiquement à une inflammation aiguë. Lorsque cette dernière devient chronique, la réponse immunitaire est épuisée. Les symptômes sont donc différents.

Les symptômes de l’inflammation chronique

    • Chronique douleurs (muscles, articulations, tendons, maux de tête…).
    • Prise de poids et troubles de la glycémie (résistance à l’insuline provoquant un prédiabète ou un diabète de type 2).
    • Fatigacité et insomnie récurrente.
    • Troubles de l’humeur (dépression, anxiété…)
    • Troubles gastro-intestinaux tels que constipation, diarrhée ou reflux gastro-œsophagien.
    • Infections fréquentes (rhume, mal de gorge, syndrome grippal, irritation cutanée…).

Quels sont les marqueurs de l’inflammation ?

Les marqueurs de l’inflammation sont utilisés pour déterminer la présence d’une réaction inflammatoire dans le corps.

Ces marqueurs inflammatoires correspondent à des cytokines inflammatoires, telles que l’IL-1β, l’IL-6, le TNF-α, des protéines (y compris la CRP protéine C réactive) et des enzymes inflammatoires.

Ces molécules peuvent potentiellement servir de biomarqueurs pour le diagnostic de maladies, le pronostic et la prise de décisions thérapeutiques.

Cependant, elles varient en fonction de la scène de son stade. La phase aiguë et la phase chronique peuvent être différenciées, bien qu’il soit encore difficile de comprendre tous les mécanismes d’analyse des marqueurs sanguins.

LISEZ : Quels sont les meilleurs anti-inflammatoires naturels ?

Qu’est-ce qui cause l’inflammation ?

Il se produit dans les cas suivants :

    • Réponse aux traumatismes physiques : brûlures, engelures, blessures physiques, corps étrangers, radiations de chute
    • Présence de produits chimiques inflammatoires : toxines, glucose, acides gras, alcool, irritants chimiques (fluorure, mercure, nickel…)
    • Infection virale et bactérienne
    • cellules endommagées
    • Réponse aux traumatismes émotionnels : stress, anxiété, choc émotionnel, syndrome post-traumatique…

En réponse à ces différents événements, le corps déclenche une réaction en chaîne produisant une cascade de molécules chimiques qui stimulent et activent la réponse immunitaire.

Lorsque l’allumage est suffisamment efficace, les tissus endommagés sont nettoyés et réparés et finalement tout se remet en ordre. La réponse inflammatoire disparaît et ces signes s’accompagnent.

Dans de nombreuses situations, elle se prolonge puis devient chronique. C’est le cas dans les situations suivantes :

    • Défaut de éliminer l’agent provoquant une inflammation aiguë (bactéries, champignons, parasites…).
    • Exposition à un faible niveau d’un irritant particulier ou d’une matière étrangère qui ne peut pas être éliminée par l’organisme (produits chimiques industriels tels que l’amiante, les polychlorobiphényles (PCB), les hydrocarbures, les dioxines, la fumée de cigarette, les métaux lourds, les pesticides, le fluor, les solvants, les bisphénols A (BPA) et phtalates).
    • Une maladie auto-immune qui provoque une dérégulation du système immunitaire qui attaque les tissus sains, provoquant des maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, la sclérose en plaques ou le psoriasis…
    • Épisodes d’inflammation récurrents liés à la présence de facteurs de risque associés à une inflammation chronique.

Facteurs de risque associés à l’inflammation chronique

Plusieurs facteurs de risque favorisent la présence d’une inflammation chronique :

    • Âge : Le vieillissement est corrélé à des niveaux plus élevés de molécules inflammatoires.
    • Surpoids et obésité : le tissu adipeux sécrète des molécules inflammatoires.
    • : Une alimentation riche en sucres raffinés et en céréales Alimentation  , en graisses saturées, en gras trans et en produits industriels ultra-transformés est associée à une production accrue de molécules pro-inflammatoires.
    • Stress physique ou émotionnel : un stress trop élevé et/ou chronique est associé à la production de molécules inflammatoires.
    • Manque de sommeil : il perturbe la fonction immunitaire, activant ainsi une inflammation qui endommage les tissus.
    • Tabagisme : Le tabagisme est associé à une diminution de la production de molécules anti-inflammatoires et à une inflammation.
    • Diminution de la production d’hormones sexuelles.

LISEZ : Renforcer votre système immunitaire : 8 conseils pour vous protéger

Besoin de réduire votre inflammation ? Utilisez mon programme en ligne de régime anti-inflammatoire pour apprendre à manger les bons aliments, à avoir plus d’énergie, à moins de douleurs et de blessures, à réduire l’inflammation chronique et à améliorer votre santé (cours vidéo). En savoir plus

Qu’est-ce qu’une maladie inflammatoire chronique ?

Les maladies inflammatoires chroniques surviennent lorsque la coordination complexe de l’immunité le système est perturbé, ce qui provoque une réponse immunitaire anormale et incontrôlée.

La régulation de la réponse immunitaire est basée sur l’interaction de nombreuses cellules immunitaires différentes. Ces cellules communiquent par l’intermédiaire de molécules appelées cytokines.

Ces cytokines peuvent augmenter ou supprimer l’inflammation, et leur équilibre définit la gravité et l’efficacité de la réaction immunitaire. Classiquement, les molécules pro-inflammatoires sont plus présentes au début de la phase aiguë et tendent progressivement à être remplacées par des anti-inflammatoires.

Par conséquent, un déséquilibre dans la production de cytokines peut empêcher sa résolution. La présence prolongée de molécules pro-inflammatoires finit par perturber le système immunitaire, qui peut alors attaquer son propre corps, entraînant des lésions tissulaires.

Ces maladies chroniques se développent donc lorsque l’inflammation chronique se développe et dure. Ce faible niveau de l’inflammation peut être à l’origine de nombreuses pathologies :

    • Maladies rhumatismales : arthrite, arthrose , polyarthrite rhumatoïde…
    • Maladie chronique de l’intestin : intestin irritable, maladie de Crohn, ulcères…
    • Les pathologies cardiovasculaires.
    • Maladies respiratoires : asthme, sinusite…
    • Allergies.
    • diabète.
    • Troubles de l’humeur : dépression, anxiété…

Comment réduire l’inflammation dans le corps ?

Voici le traitement naturel efficace pour réduire l’inflammation.

  1. Diminuez votre consommation de médicaments anti-inflammatoires
  2. Utiliser un remède anti-inflammatoire naturel
  3. Pratiquez une activité physique quotidienne
  4. Réduire
  5. stress Dormez de 7 à 9 heures par nuit
  6. Adopter un régime anti-inflammatoire
  7. Perdre du poids
  8. Restreindre votre fenêtre alimentaire avec le jeûne intermittent
  9. Reconnectez-vous avec la nature
  10. Développez vos passions et vos relations sociales

Vous trouverez tous les éléments du traitement détaillé dans mon article suivant :

LIRE : Réduire l’inflammation dans le corps

Vous avez d’autres questions après avoir lu cet article ? N’hésitez pas à m’écrire vos questions et commentaires en bas de page.

Informations basées sur les dernières recommandations et données médicales et scientifiques

NB : Cet article n’est pas destiné à remplacer un diagnostic médical qui reste la solution à privilégier et à conseiller.

Article mis à jour le 10 janvier 2021.

Sources  :

— Inflammation chronique — Inflammation et maladies associées à une inflammation des organes — Tendons : repenser l’inflammation — Inflammation de faible niveau, composition du régime alimentaire et santé : données de recherche actuelles et leur traduction — Les substances toxiques environnementales et le développement du système immunitaire : un chaînon manquant dans la lutte mondiale contre les maladies infectieuses ? — Inflammation et résistance à l’insuline — La recherche permet de mieux comprendre les maladies inflammatoires chroniques — Résolution des maladies inflammatoires chroniques : concepts universels et spécifiques aux tissus — Les maladies inflammatoires chroniques sont stimulées par le mode de vie actuel : comment l’alimentation, le niveau de stress et les médicaments empêchent notre corps de se rétablir — L’inflammation pourrait-elle être la cause d’une myriade de maladies chroniques ? — Jeûne, rythmes circadiens et restriction de la fenêtre alimentaire

Catégories de l'article :
Santé
Show Buttons
Hide Buttons